1914-1918.fr

La première Guerre mondiale par les documents


guerre-1914-1918-annee-1915-116-a.jpg
L’APPEL DANS UN VILLAGE AVANT LE DÉPART POUR LA TRANCHÉE0 viewsÉquipés pour vivre plusieurs jours dans les tranchées, les Poilus" répondent à l'appel de leur nom

Après un repos de trois jours qui leur a permis de réparer leurs forces, dans une bourgade,
ces combattants vont remplacer leurs camarades en première ligne.
Ils se rendent à la tranchée sans émotion, habitués désormais aux pires surprises de l'ennemi ou du mauvais temps.

LIRE LE TEXTE EN PDF
guerre-1914-1918-annee-1915-116.jpg
L’APPEL DANS UN VILLAGE AVANT LE DÉPART POUR LA TRANCHÉE0 viewsÉquipés pour vivre plusieurs jours dans les tranchées, les Poilus" répondent à l'appel de leur nom

Après un repos de trois jours qui leur a permis de réparer leurs forces, dans une bourgade,
ces combattants vont remplacer leurs camarades en première ligne.
Ils se rendent à la tranchée sans émotion, habitués désormais aux pires surprises de l'ennemi ou du mauvais temps.

LIRE LE TEXTE EN PDF
guerre-1914-1918-annee-1915-117-a.jpg
L’ALLEMAGNE ET L’AUTRICHE-HONGRIE SONT ENCERCLÉES PAR LE BLOCUS0 viewsUn trait noir figure la ligne du blocus. Au delà des "fronts", elle est prolongée, sur mer, par les escadres alliées

(Composition inédite de Carrey)

Un trait noir figure la ligne du blocus. Au delà des fronts , elle est prolongée, sur mer, par les escadres alliées


LIRE LE TEXTE EN PDF
guerre-1914-1918-annee-1915-117.jpg
L’ALLEMAGNE ET L’AUTRICHE-HONGRIE SONT ENCERCLÉES PAR LE BLOCUS0 viewsUn trait noir figure la ligne du blocus. Au delà des "fronts", elle est prolongée, sur mer, par les escadres alliées

(Composition inédite de Carrey)

Un trait noir figure la ligne du blocus. Au delà des fronts , elle est prolongée, sur mer, par les escadres alliées


LIRE LE TEXTE EN PDF
guerre-1914-1918-annee-1915-118-a.jpg
SCÈNES VUES DANS UN PETIT VILLAGE DU FRONT REPRIS ET FORTIFIÉ PAR NOS TROUPES0 views
DES BARRICADES PROTÈGENT LES ROUTES

MAISONS DEVENUES DES FORTERESSES

LES RUES SONT BARRÉES DE RÉSEAUX DE FILS DE FER BARBELÉS

RUES BARRÉES DE BARBELÉS
guerre-1914-1918-annee-1915-118-b.jpg
Des barricades protègent les routes0 viewsCombien de localités paisibles et prospères, comme celle-ci, la guerre n’aura-t-elle pas doublement ravagées…
On s’y est battu une première fois quand les Allemands y passèrent, marchant sur Paris.
De nouveaux combats s’y livrent à mesure que les alliés les refoulent vers la frontière.
Dans ce village de l’Aisne, reconquis par nos troupes, des tranchées et des barricades coupent les rues;
des meurtrières sont percées dans les portes et les murs des maisons reprises une à une après de furieux assauts.
guerre-1914-1918-annee-1915-118-c.jpg
Les maisons sont devenues des forteresses0 viewsCombien de localités paisibles et prospères, comme celle-ci, la guerre n’aura-t-elle pas doublement ravagées…
On s’y est battu une première fois quand les Allemands y passèrent, marchant sur Paris.
De nouveaux combats s’y livrent à mesure que les alliés les refoulent vers la frontière.
Dans ce village de l’Aisne, reconquis par nos troupes, des tranchées et des barricades coupent les rues;
des meurtrières sont percées dans les portes et les murs des maisons reprises une à une après de furieux assauts.
guerre-1914-1918-annee-1915-118-d.jpg
Toutes les rues sont barrées de réseaux de fils de fer barbelés0 viewsLa rue principale qui traverse le village dans toute sa longueur est défendue par des chevaux de frise et des réseaux de fils de fer barbelés que maintiennent en place des pieux solides.
Des sacs de pierres, empilés les uns sur les autres, bouchent les fenêtres des maisons.
D’étroites meurtrières y ont été ménagées pour permettre aux soldats de faire feu en cas d’attaque.
Ainsi défendue avec des moyens de fortune, la tranquille bourgade est devenue en quelques heures une véritable forteresse.
guerre-1914-1918-annee-1915-118-e.jpg
Toutes les rues sont barrées de réseaux de fils de fer barbelés et de chevaux de frise0 viewsLa rue principale qui traverse le village dans toute sa longueur est défendue par des chevaux de frise et des réseaux de fils de fer barbelés que maintiennent en place des pieux solides.
Des sacs de pierres, empilés les uns sur les autres, bouchent les fenêtres des maisons.
D’étroites meurtrières y ont été ménagées pour permettre aux soldats de faire feu en cas d’attaque.
guerre-1914-1918-annee-1915-118.jpg
SCÈNES VUES DANS UN PETIT VILLAGE DU FRONT REPRIS ET FORTIFIÉ PAR NOS TROUPES0 views
DES BARRICADES PROTÈGENT LES ROUTES

MAISONS DEVENUES DES FORTERESSES

LES RUES SONT BARRÉES DE RÉSEAUX DE FILS DE FER BARBELÉS

RUES BARRÉES DE BARBELÉS
guerre-1914-1918-annee-1915-120-a.jpg
CE QUE LES ALLEMANDS ONT FAIT DE RETHEL0 views
OFFICIERS ALLEMANDS ET TURCS PHOTOGRAPHIÉS AU MILIEU DES RUINES DE LA MALHEUREUSE CITÉ

VUE GÉNÉRALE DE RETHEL AVEC SON ÉGLISE À PEU PRÈS INTACTE AU MILIEU DES RUINES
guerre-1914-1918-annee-1915-120-b.jpg
OFFICIERS ALLEMANDS ET TURCS PHOTOGRAPHIÉS AU MILIEU DES RUINES DE LA MALHEUREUSE CITÉ0 viewsLe département des Ardennes est le seul qui soit entièrement envahi par les Allemands.
Les populations de Mézières, Rethel, Charleville, Rocroi et Sedan supportent vaillamment le joug des soudards qui, dès le début, se sont livrés à un pillage en règle.
la malheureuse ville de Rethel, éprouvée particulièrement, présente le triste spectacle qu montre ces photographies.
Il est curieux d’observer que des officiers de l’armée turque sont venus jusqu’en France admirer les résultats de la barbarie occidentale.
246 files on 21 page(s) 13