1914-1918.fr

La première Guerre mondiale par les documents


Miroir-1914-num-57-27_12_14-3-b.jpg
UNE HEURE DE CONCERT AU CAMPEMENT9 viewsDans l’un de ces villages d’aspect africain où ils vivent, en arrière des tranchées, les troupiers se sont procuré un phonographe.
Jamais nos divettes et nos ténors ne sauront à quel point les petits soldats leur sont reconnaissants du plaisir qu’ils leur procurent.
Miroir-1914-num-57-27_12_14-3-c.jpg
LES "CHEVAUX DE BOIS" SOUS LES OBUS10 viewsComment les débris d’un manège de chevaux de bois se sont-ils échoués en ce campement, aux premières lignes…Mystère !...
Les hommes en ont vite tiré parti et c’est à qui enfourchera les montures grotesques au milieu des rires des camarades.
Miroir-1914-num-57-27_12_14-3-d.jpg
DANS UNE MAISON RAVAGÉE PAR LA MITRAILLE, UN BELGE JOUE TRANQUILLEMENT DU PIANO10 viewsErrer dans une ville saccagée, en quête d’un cliché sensationnel et entendre tout à coup, sortant d’une maison en ruines, les accords d’un piano,
voilà une surprise à laquelle un reporter photographe ne pouvait guère s’attendre, même après d’autres curieuses aventures.
C’est pourtant ce qui est arrivé en Belgique à l’un de nos correspondants qui nous envoie ce document.
Le piano n’était plus très bien accordé et quelques touches avaient sauté, mais l’artiste ne saurait, à la guerre, se montrer exigeant.
Miroir-1914-num-57-27_12_14-4-a.jpg
DANS LES TRANCHÉES DE PREMIÈRE LIGNE6 views
UN "BOYAU" D’ACCÈS AUX TRANCHÉES

"BOYAU" GARNI DE MORCEAUX DE BOIS

À CENT MÈTRES DES ALLEMANDS DANS LE NORD

UN POSTE D’OBSERVATION

SENTINELLE PROTÉGÉE PAR UN PARE-BALLES
Miroir-1914-num-57-27_12_14-4-b.jpg
UN "BOYAU" D’ACCÈS AUX TRANCHÉES33 viewsPour parvenir aux tranchées profondes et bien abritées faisant face à l’ennemi, les hommes se glissent par des "boyaux" qui leur permettent de se dissimuler.
Trop souvent, à la suite des pluies, on y piétine dans une boue épaisse et gluante.
Miroir-1914-num-57-27_12_14-4-c.jpg
"BOYAU" GARNI DE MORCEAUX DE BOIS13 viewsAfin de ne pas trop enfoncer dans la terre limoneuse, on dispose au fond des tranchées découvertes, des morceaux de bois,
des pierres ou des briques, sur lesquels on empile d’autres à mesure qu’ils s’enlisent.
Le sol devient ainsi solide peu à peu.
Miroir-1914-num-57-27_12_14-4-d.jpg
À CENT MÈTRES DES ALLEMANDS DANS LE NORD12 viewsLes terrassements auxquels se livrent les combattants de part et d’autre, rapprochent les tranchées qui se sont séparées,
très fréquemment, par moins de cent mètres.
Il faut être perpétuellement sur le qui-vive et prêt à repousser toutes les attaques.
Miroir-1914-num-57-27_12_14-4-e.jpg
UN POSTE D’OBSERVATION SUR LA LIGNE DE FEU13 viewsComme les navires, les tranchées ont leurs vigies.
Placés tout à fait en avant, ces hommes doivent surveiller attentivement les lignes ennemies et le ciel où rôdent les avions.
Le poste est périlleux, mais il l’est pour tous car chacun s’y rend à son tour.
Miroir-1914-num-57-27_12_14-5.jpg
SENTINELLE PROTÉGÉE PAR UN PARE-BALLES10 viewsDans cette guerre qui déroute toutes les prévisions, on se sera servi d’armes modernes et d’engins
que l’on croyait tombés complètement en désuétude : catapultes, grenades et même boucliers.
Abrité derrière une plaque d’acier, ce tirailleur peur observer l’ennemi.
Miroir-1914-num-57-27_12_14-8-b.jpg
UNE CUISINE DU 58e CHASSEURS À PIED11 viewsAbondamment ravitaillés, nos troupiers qui comptent dans leurs rangs nombre d’excellents cuisiniers, sont bien nourris.
Miroir-1914-num-57-27_12_14-8-c.jpg
UNE BOULANGERIE MILITAIRE EN PLEIN CHAMP10 viewsÀ quelques kilomètres des lignes ennemies, les boulangers fabriquent chaque jours le pain nécessaire aux combattants.
Miroir-1914-num-57-27_12_14-8-d.jpg
UN AVION ENNEMI S’AVANCE VERS NOS LIGNES 11 viewsC’est l’alerte quotidienne qui déchaîne la fusillade vers le ciel.
On remarquera la guérite de paille de la sentinelle.
243 files on 21 page(s) 20