1914-1918.fr

La première Guerre mondiale par les documents


Miroir-1914-num-48-25_10_14-4-a.jpg
SOUS LE HAUT COMMANDEMENT DU TSAR3 views
L’EMPEREUR, SUIVI DE SON ÉTAT-MAJOR, SE REND À CHEVAL SUR LE FRONT DES TROUPES

LE TSAR S’ENTRETIENT AVEC LE GRAND-DUC NICOLAS

SOLDATS D’INFANTERIE RUSSE DANS UNE TRANCHÉE
Miroir-1914-num-48-25_10_14-4-b.jpg
L’EMPEREUR, SUIVI DE SON ÉTAT-MAJOR, SE REND À CHEVAL SUR LE FRONT DES TROUPES 6 viewsL’heure est décisive pour nos alliés qui, ayant définitivement écarté le péril autrichien sur leur aile gauche, ont infligé aux Allemands, en Prusse orientale, la plus sanglante des défaites.
La mobilisation étant, presque terminée, le tsar a pris le commandement de son armée, la plus formidable du monde, qui comprend plus de huit millions d’hommes et l’entrain des troupes victorieuses s’est encore accru.
On voit ici l’empereur Nicolas II parcourant à cheval les lignes russes, suivi de son état-major.
Miroir-1914-num-48-25_10_14-4-c.jpg
LE TSAR S’ENTRETIENT AVEC LE GRAND-DUC NICOLAS5 viewsLe Tsar a chaleureusement félicité le grand-duc Nicolas, généralissime des armées russes, pour l’habileté avec laquelle il a conduit les opérations depuis le début de la guerre.
Le grand-duc Nicolas Nicolaïevitch est, on le sait, le cousin de l’empereur.
Miroir-1914-num-48-25_10_14-4-d.jpg
SOLDATS D’INFANTERIE RUSSE DANS UNE TRANCHÉE7 viewsAprès avoir pris une formidable offensive en Prusse orientale pour attirer loin de la Belgique et de la France une partie des forces allemandes, les Russes reculèrent puis attendirent l’ennemi de pied ferme pour l’écraser près d’Augustovo et de Semliki.
Miroir-1914-num-48-25_10_14-5-a.jpg
LES ARMEES RUSSES AVANCENT IRRÉSISTIBLEMENT4 views
LA BÉNÉDICTION DES DRAPEAUX AVANT LE DÉPART POUR LES CHAMPS DE BATAILLE AUTRICHIENS

SOLDATS ASSISTANT À UN SERVICE RELIGIEUX EN PLEIN AIR, AVANT DE PARTIR AU FEU
Miroir-1914-num-48-25_10_14-5-b.jpg
LA BÉNÉDICTION DES DRAPEAUX AVANT LE DÉPART POUR LES CHAMPS DE BATAILLE AUTRICHIENS6 viewsAu cri de ralliement, qui, dans un merveilleux élan de patriotisme, a réuni tous les Français, sans distinction de partis, répond, la voix formidable des Rrusses, se ruant contre les hordes allemandes et austro-hongroises.
Cosaques de l’Amour, de l’Oural et du Don, hussards de Grodno, fantassins hirsutes, tous acclamant le nom du Petit-Père ont couru à la frontière.
Et avant le départ, les popes, en une cérémonie imposante, ont béni les drapeaux des régiments marchant à la victoire.
Miroir-1914-num-48-25_10_14-5-c.jpg
SOLDATS ASSISTANT À UN SERVICE RELIGIEUX EN PLEIN AIR, AVANT DE PARTIR AU FEU3 viewsDes services religieux ont été célébrés dans toute la Russie au moment du départ des troupes.
Une foule émue y entourait les soldats prêts à verser leur sang pour la patrie menacée.
On voit ici les officiers du régiment de Preobrajensky assistant, tête nue, à lune de ces cérémonies.
La simplicité du cadre, le silence imposant qui planait sur les assistants, la certitude du départ imminent de ces hommes pour les champs de bataille, tout contribuait à rendre cette scène à la fois poignante et grandiose.
Miroir-1914-num-48-25_10_14-6-a.jpg
CRACOVIE, L’ATHÈNES DE LA POLOGNE ASSERVIE4 views
LA VIEILLE PORTE SAINT-FLORYAN

LE MONUMENT DE L’ASTRONOME COPERNIC

LE CHÂTEAU DE WAWEL, ANCIENNE RÉSIDENCE DES ROIS DE POLOGNE
Miroir-1914-num-48-25_10_14-6-b.jpg
LA VIEILLE PORTE SAINT-FLORYAN4 viewsCracovie, dont trois armées russes convergent de points différents ont préparé l’investissement méthodique, fut la capitale de la Pologne du XIe au XVIIe siècles.
Elle possède de fort beaux monuments historiques.
L’un des plus curieux est la porte Saint-Floryan.
Miroir-1914-num-48-25_10_14-6-c.jpg
LE MONUMENT DE L’ASTRONOME COPERNIC4 viewsDans la cour intérieure de l’université fondée en 1346, se dresse la statue de Copernic qui professa à Cracovie.
Nicolas Copernic démontra le double mouvement des planètes sur elles-mêmes et autour du soleil.
Cette théorie fut condamnée par le pape.
Miroir-1914-num-48-25_10_14-6-d.jpg
LE CHÂTEAU DE WAWEL, ANCIENNE RÉSIDENCE DES ROIS DE POLOGNE 4 viewsCette antique demeure des souverains polonais profile sa silhouette au bord de la Vistule.
Henri de Valois y vécut avant de monter sur le trône de France, sous le nom d’Henri III.
Cracovie est aujourd’hui une ville de 120.000 habitants.
On l’appelle l’"Athènes de la Pologne" car depuis 80 ans les sciences et les arts polonais s’y épanouissent.
L’académie des Sciences, l’académie Commerciale et celle des Beaux-Arts y jouissent d’une réputation méritée.
Cracovie connaîtra bientôt une prospérité nouvelle.
Miroir-1914-num-48-25_10_14-7-a.jpg
LES ALLEMANDS REMUENT BEAUCOUP DE TERRE4 views
UNE TRANCHÉE PRÈS DE REIMS

TRANCHÉE DÉVASTÉE PAR NOS OBUS ET ABADONNÉE EN HÂTE

UN ABRI RECOUVERT DE POUTRES, DE PAILLE ET DE TERRE

L’USAGE FINAL DES TRANCHÉES
503 files on 42 page(s) 12