1914-1918.fr

La première Guerre mondiale par les documents


Miroir-1914-num-48-25_10_14-7-b.jpg
UNE TRANCHÉE PRÈS DE REIMS3 viewsDepuis le début de la bataille de l’Aisne, l’ennemi a fait des terrassements considérables pour se tenir sur la défensive.
Voici une tranchée du type le plus simple.
Miroir-1914-num-48-25_10_14-7-c.jpg
TRANCHÉE DÉVASTÉE PAR NOS OBUS ET ABADONNÉE EN HÂTE5 viewsMême en Mandchourie où les belligérants creusèrent d’innombrables trous pour s’abriter, on ne remua pas autant de terre que dans la guerre actuelle.
Ces tranchées, profondes de plus d’un mètre, sont parallèles et reliées entre elles par des couloirs.
Elles n’abritent pas toujours suffisamment les hommes, comme en témoigne le document ci-dessous.
Miroir-1914-num-48-25_10_14-7-d.jpg
UN ABRI RECOUVERT DE POUTRES, DE PAILLE ET DE TERRE5 viewsLe long des tranchées se trouvent des abris qu’une toiture préserve des éclats de shrapnels et des balles.
En Belgique, l’ennemi a parfait ces ouvrages.
Il a même employé les prisonniers à cette besogne.
Quand il pleut, les Allemands souffrent beaucoup dans leurs tranchées transformées en baignoires, suivant l’expression pittoresque des Anglais.
Miroir-1914-num-48-25_10_14-7-e.jpg
L’USAGE FINAL DES TRANCHÉES5 viewsLes trous profonds creusés par l’ennemi servent, après la bataille, à ensevelir ses morts.
Les habitants du pays aident nos soldats du génie dans cette funèbre besogne.
Miroir-1914-num-48-25_10_14-8-a.jpg
BALLES DUM-DUM ET OBUS ALLEMANDS2 views
BALLES DUM-DUM TROUVÉES SUR DES ALLEMANDS

COLONNE DE FUMÉE PRODUITE PAR UN OBUS DE 201

LES DÉBRIS D’UN OBUS RÉUNIS APRÈS L’EXPLOSION

LES EFFETS D’UN OBUS SUR UNE CLOCHE
Miroir-1914-num-48-25_10_14-8-b.jpg
BALLES DUM-DUM TROUVÉES SUR DES ALLEMANDS9 viewsOn voit, à gauche, une balle dont l’enveloppe dure a été limée à son extrémité pour favoriser l’éclatement.
À droite, une balle qui porte des entailles longitudinales et une balle semblable qui a subi un commencement d’écrasement lorsque le choc s’est produit.
Miroir-1914-num-48-25_10_14-8-c.jpg
COLONNE DE FUMÉE PRODUITE PAR UN OBUS DE 2017 viewsCette photo, qui n’a subi aucune retouche, montre l’énorme gerbe de fumée noire que dégage en explosant l’obus allemand de 210.
À cause de cette particularité, les soldats anglais l’appellent "Jack Johnson", ou la "boîte à charbon". Il fait surtout du bruit.

Miroir-1914-num-48-25_10_14-8-d.jpg
LES DÉBRIS D’UN OBUS RÉUNIS APRÈS L’EXPLOSION6 viewsQuand nos soldats se moquent des obus allemands, ils n’exagèrent pas toujours.
Celui-ci tombé à Senlis dans un magasin s’est fendu en deux en faisant plus de bruit que de mal.
Les balles qu’il renfermait sont entassées près de lui, ainsi que ses différents débris.
Miroir-1914-num-48-25_10_14-8-e.jpg
LES EFFETS D’UN OBUS SUR UNE CLOCHE5 viewsÀ Levignon, dans l’Oise, une cloche de 932 kilos, datant de 1724, a reçu un obus allemand qui aurait dû, logiquement, la réduire en miette.
Ele s’est seulement brisée en deux.
Curieuse coïncidence, cette cloche avait eu pour parrain un certain messire Lallemand.
Miroir-1914-num-48-25_10_14-9-a.jpg
LE RÔLE JOUÉ PAR LES AUTOMOBILES BLINDÉES10 views
MITRAILLEURS DANS UNE AUTO BLINDÉE

UNE VOITURE BLINDÉE PRÊTE À PARTIR

MITRAILLEUR À LA FENÊTRE

UNE VOITURE ALLEMANDE CAPTURÉE DANS LE NORD PAR NOS SOLDATS


Miroir-1914-num-48-25_10_14-9-b.jpg
MITRAILLEURS DANS UNE AUTO BLINDÉE4 viewsAu début de la guerre, les Allemands se sont beaucoup servi de leurs voitures blindées pour semer la panique dans les contrées envahies.
Ils n’ont pas été les seuls à utiliser ces engins et voici l’une des autos qui, dans le Nord, leur donna du fil à retordre.
Miroir-1914-num-48-25_10_14-9-c.jpg
UNE VOITURE BLINDÉE PRÈTE À PARTIR5 viewsC’est surtout contre les patrouilles de cavalerie que sont lancées les automobiles blindées montées par des mitrailleurs.
Partis d’un cantonnement quelconque, elles explorent rapidement le pays faisant aux cavaliers ennemis une chasse terrible.
503 files on 42 page(s) 13