1914-1918.fr

La première Guerre mondiale par les documents


Miroir-1914-num-53-29_11_14-4-b.jpg
À DROITE TROIS SHRAPNELLS ÉCLATENT, À GAUCHE UN VILLAGE FUME, INCENDIÉ2 viewsLa région comprise entre Nieuport et Dixmude a été ravagée plus qu’aucune autre peut-être depuis le début de la guerre. L’artillerie engagée de part et d’autre comprenait au moins cinq cents pièces parmi lesquelles des canons anglais tirant es obus à la lyddite.
Les canons de marine allemands et les howitzers de 28 cm, pendant 3 semaines, criblèrent de métal les maisons et les retranchements. Cet instantané a été pris sous le feu de l’ennemi. V la même seconde, trois shrapnells éclataient ensemble.
Miroir-1914-num-53-29_11_14-4-c.jpg
UNE AUTO BLINDÉE BELGE EN ACTION PRÈS DE LOMBAERTZYDE2 viewsLa bataille en Flandre restera l’une des pages les plus sanglantes de cette guerre. Tandis que les Allemands, essayant de franchir l’Yser, se faisaient tuer en masses compactes, les alliés rivalisaient de courage et de bravoure. Les pertes effrayantes de l’ennemi sont 8 fois plus éle
vées que celles des Anglais, des Belges et des Français réunis.
Cette photographie a été prise en plein combat tandis que des mitrailleuses belges se retiraient lentement après une fructueuse reconnaissance.
Miroir-1914-num-53-29_11_14-5-a.jpg
INSTANTANÉS PRIS SUR LES BORDS DE L’YSER2 views
SOLDATS BELGES TIRANT SUR LE FRONT

FANTASSINS ABRITÉS AU BORD D’UN CANAL

TROUPIERS PARTANT AVEC LEUR FOURNIMENT

QUELQUES HEURES DE REPOS EN ARRIÈRE DU FRONT

VILLAS BOMBARDÉES AU BORD DE L’YSER

UNE CHAPELLE DÉTRUITE PRÈS DE NIEUPORT
Miroir-1914-num-53-29_11_14-5-b.jpg
SOLDATS BELGES TIRANT SUR LE FRONT4 viewsAvec le sang-froid dont ils ne se départent jamais, les Belges tiennent bon sous la mitraille, conservant leurs positions.
Miroir-1914-num-53-29_11_14-5-c.jpg
FANTASSINS ABRITÉS AU BORD D’UN CANAL4 viewsLes Flandres, avec leurs canaux, offrent d’excellentes ressources, pour s’abriter, aux Belges qui connaissent à fond le pays.
Miroir-1914-num-53-29_11_14-5-d.jpg
TROUPIERS PARTANT AVEC LEUR FOURNIMENT2 viewsC’est en entonnant leurs chansons de route que nos pioupious vont à la bataille. Leur sourire en dit long sur leur état d’esprit.
Miroir-1914-num-53-29_11_14-5-e.jpg
QUELQUES HEURES DE REPOS EN ARRIÈRE DU FRONT3 viewsEntre deux séjours dans les tranchées, les hommes vont, en arrière, se reposer un peu, mais ils s’ennuient vite dans l’inaction.
Miroir-1914-num-53-29_11_14-5-f.jpg
VILLAS BOMBARDÉES AU BORD DE L’YSER1 viewsD’une rive à l’autre les obus se sont croisés pendant des jours et des jours et les maisons de la région ont beaucoup souffert.
Miroir-1914-num-53-29_11_14-5-g.jpg
UNE CHAPELLE DÉTRUITE PRÈS DE NIEUPORT2 viewsLà encore, les Allemands ont affirmé leur rage destructrice.
Les artilleurs se sont acharnés stupidement sur cette église.
Miroir-1914-num-53-29_11_14-6-a.jpg
2 views
Miroir-1914-num-53-29_11_14-6-b.jpg
PÉGOUD PART EN TOURNEE AVEC HUIT BOMBES SUR SON APPAREIL2 viewsAprès la guerre, nous connaîtrons par le détail les exploits de nos hommes-oiseaux. Déjà, à travers le laconisme utile des communiqués officiels, nous les devinons multiples et merveilleux. Des noms ont été prononcés ; nous savons que parmi tant d’autres, Garros, Brindejonc des Moulinais, Pégoud, se sont distingués. Ce dernier surtout est l’auteur de prouesses qui agrandiront son auréole. Etats-majors allemands "arrosés", convois détruits, il ne compte plus ses faits d’armes. Le voici prenant le départ.
Miroir-1914-num-53-29_11_14-6-c.jpg
MER DE NUAGE PHOTOGRAPHIÉE PAR UN AVIATEUR MILITAIRE1 viewsVolant généralement à une altitude de 2.000 mètres, les aviateurs tirent ingénieusement parti des rideaux de nuages, abondants en cette saison, pour échapper au regard de l’ennemi. Puis, au moment opportun, plongeant par une trouée, ils lancent leurs projectiles avec une précision stupéfiante. Si on ne nous parle d’eux que succinctement en ce moment, les Allemands connaissent bien l’adresse et la folle bravoure de ces éclaireurs aériens qui effectuent chacun jusqu’à 3 et 4 reconnaissances chaque jour.
503 files on 42 page(s) 41