1914-1918.fr

La première Guerre mondiale par les documents


Last additions - decembre-noel-1914
Miroir-1914-num-56-Noel12-b.jpg
SOLDATS MARCHANT LE LONG DES MURS POUR NE PAS ÊTRE VUS DES AVIONS ENNEMIS8 viewsFinis les temps héroïques où les adversaires, vêtus d’uniformes voyants, s’élançaient les uns contre les autres, en rase campagne,
pour des mêlées effroyables qu’ont immortalisées les peintres militaires.
Aujourd’hui on se tue sans se voir et les hommes doivent constamment se dissimuler.
Cette photo montre comment, à Soissons, les soldats s’efforcent de se soustraire aux regards des aviateurs en rasant les murs et en se cachant dans l’embrasure des portes.
Ainsi abrités, ils sont à peu près invisibles.
Nov 08, 2013
Miroir-1914-num-56-Noel12-a.jpg
LES TROUPES DOIVENT, AVANT TOUT, SE DISSIMULER4 views
SOLDATS MARCHANT LE LONG DES MURS POUR NE PAS ÊTRE VUS DES AVIONS ENNEMIS

UN MOYEN DE SE CACHER ENLEVÉ AUX TROUPES PAR LA CHUTE DES FEUILLES
Nov 08, 2013
Miroir-1914-num-56-Noel11.jpg
C’est en France, en un lieu qu’il nous faudrait chercher…15 views
...ce n’est pas le bronze qui rugit ! C’est le bronze qui chante !
Lentement, doucement, suavement, ce bruit
Sur le sol bien-aimé s’éparpille à la ronde…
Noël de mil neuf cent quatorze !... Il est minuit…
L’Enfant divin vient-il encore sauver le monde ?

Georges Docquois

Nov 08, 2013
Miroir-1914-num-56-Noel11-e.jpg
C’est en France, en un lieu qu’il nous faudrait chercher…6 viewsC’est en France, en un lieu qu’il nous faudrait chercher…
En Artois ? En Champagne ? En Alsace ?...Mystère.
C’est en France, Voilà ! Ça suffit…Un clocher,
Un petit bois…La nuit…La neige sur la terre…

Et deux soldats sont là, l’oreille au moindre vent…
La lune, au dessus d’eux, songeuse, se balance…
Et jamais ces soldats n’ont d’un cœur plus fervent
Sondé la solitude et l’auguste silence…

Et, soudain, une voix de bronze, de là-bas,
Parle !…mais ce n’est point l’affreuse voix méchante
Du canon, Dieu merci
Nov 08, 2013
Miroir-1914-num-56-Noel11-d.jpg
C’est en France, en un lieu qu’il nous faudrait chercher…4 views
...ce n’est pas le bronze qui rugit ! C’est le bronze qui chante !
Lentement, doucement, suavement, ce bruit
Sur le sol bien-aimé s’éparpille à la ronde…
Noël de mil neuf cent quatorze !... Il est minuit…
L’Enfant divin vient-il encore sauver le monde ?

Georges Docquois


Nov 08, 2013
Miroir-1914-num-56-Noel11-c.jpg
C’est en France, en un lieu qu’il nous faudrait chercher…6 viewsC’est en France, en un lieu qu’il nous faudrait chercher…
En Artois ? En Champagne ? En Alsace ?...Mystère.
C’est en France, Voilà ! Ça suffit…Un clocher,
Un petit bois…La nuit…La neige sur la terre…

Et deux soldats sont là, l’oreille au moindre vent…
La lune, au dessus d’eux, songeuse, se balance…
Et jamais ces soldats n’ont d’un cœur plus fervent
Sondé la solitude et l’auguste silence…

Et, soudain, une voix de bronze, de là-bas,
Parle !…mais ce n’est point l’affreuse voix méchante
Du canon, Dieu merci
Nov 08, 2013
Miroir-1914-num-56-Noel11-b.jpg
C’est en France, en un lieu qu’il nous faudrait chercher…7 views
...ce n’est pas le bronze qui rugit ! C’est le bronze qui chante !
Lentement, doucement, suavement, ce bruit
Sur le sol bien-aimé s’éparpille à la ronde…
Noël de mil neuf cent quatorze !... Il est minuit…
L’Enfant divin vient-il encore sauver le monde ?

Georges Docquois
Nov 08, 2013
Miroir-1914-num-56-Noel11-a.jpg
C’est en France, en un lieu qu’il nous faudrait chercher…4 viewsC’est en France, en un lieu qu’il nous faudrait chercher…
En Artois ? En Champagne ? En Alsace ?...Mystère.
C’est en France, Voilà ! Ça suffit…Un clocher,
Un petit bois…La nuit…La neige sur la terre…

Et deux soldats sont là, l’oreille au moindre vent…
La lune, au dessus d’eux, songeuse, se balance…
Et jamais ces soldats n’ont d’un cœur plus fervent
Sondé la solitude et l’auguste silence…

Et, soudain, une voix de bronze, de là-bas,
Parle !…mais ce n’est point l’affreuse voix méchante
Du canon, Dieu merci
Nov 08, 2013
Miroir-1914-num-56-Noel10.jpg
UN VIEILLARD BELGE QUI A PERDU TOUS LES SIENS - Deux ambulanciers emmènent le pauvre vieux qui voulait mourir sur ses ruines7 viewsQuand les grands faits de la guerre seront bien connus, nous apprendrons seulement,
par le détail des anecdotes, quelle somme de misère et de douleur a été supportée par les habitants des pays envahis.
Voici un exemple entre mille : ce pauvre paysan belge a vu mourir successivement sa femme et ses filles fusillées par les Allemands, lors de leur entrée en Belgique.
Il avait deux fils soldats.
L’un est tué, l’autre a disparu.
Sans les ambulanciers il restait dans les ruines de sa maison où il voulait mourir.
Nov 08, 2013
Miroir-1914-num-56-Noel10-f.jpg
UN VIEILLARD BELGE QUI A PERDU TOUS LES SIENS - Deux ambulanciers emmènent le pauvre vieux qui voulait mourir sur ses ruines4 viewsQuand les grands faits de la guerre seront bien connus, nous apprendrons seulement,
par le détail des anecdotes, quelle somme de misère et de douleur a été supportée par les habitants des pays envahis.
Voici un exemple entre mille : ce pauvre paysan belge a vu mourir successivement sa femme et ses filles fusillées par les Allemands, lors de leur entrée en Belgique.
Il avait deux fils soldats.
L’un est tué, l’autre a disparu.
Sans les ambulanciers il restait dans les ruines de sa maison où il voulait mourir.
Nov 08, 2013
Miroir-1914-num-56-Noel10-e.jpg
UN VIEILLARD BELGE QUI A PERDU TOUS LES SIENS - Deux ambulanciers emmènent le pauvre vieux qui voulait mourir sur ses ruines7 viewsQuand les grands faits de la guerre seront bien connus, nous apprendrons seulement,
par le détail des anecdotes, quelle somme de misère et de douleur a été supportée par les habitants des pays envahis.
Voici un exemple entre mille : ce pauvre paysan belge a vu mourir successivement sa femme et ses filles fusillées par les Allemands, lors de leur entrée en Belgique.
Il avait deux fils soldats.
L’un est tué, l’autre a disparu.
Sans les ambulanciers il restait dans les ruines de sa maison où il voulait mourir.
Nov 08, 2013
Miroir-1914-num-56-Noel10-d.jpg
UN VIEILLARD BELGE QUI A PERDU TOUS LES SIENS - Deux ambulanciers emmènent le pauvre vieux qui voulait mourir sur ses ruines3 viewsQuand les grands faits de la guerre seront bien connus, nous apprendrons seulement,
par le détail des anecdotes, quelle somme de misère et de douleur a été supportée par les habitants des pays envahis.
Voici un exemple entre mille : ce pauvre paysan belge a vu mourir successivement sa femme et ses filles fusillées par les Allemands, lors de leur entrée en Belgique.
Il avait deux fils soldats.
L’un est tué, l’autre a disparu.
Sans les ambulanciers il restait dans les ruines de sa maison où il voulait mourir.
Nov 08, 2013
243 files on 21 page(s) 7