1914-1918.fr

La première Guerre mondiale par les documents


Most viewed - LE MIROIR
Miroir-1914-num-42-20_09_14-10-b.jpg
LE GÉNÉRAL RENNENKAMPF35 viewsLe général Rennenkampf, dont le nom signifie "Combat en courant", marche sur Berlin.
Lors de la guerre de Mandchourie, il avait déjà effectué un raid héroïque.

Miroir-1914-num-43-20_09_14-3-b.jpg
UN ALLEMAND OUBLIÉ PAR LES BRANCARDIERS35 viewsDans une grande bataille commencée le 6 septembre entre Meaux et Verdun, l'ennemi a subi d'énormes pertes.
Le génie qui s'emploie à enterrer les morts, ne suffit pas toujours immédiatement à sa tâche, et on trouve, isolés dans la plaine, des morts oubliés comme celui-ci.
Miroir-1914-num-42-20_09_14-8-c.jpg
UN CONVOI D'EMIGRÉS QUITTE EN CHARETTE LA GARE DE L'EST34 viewsDe nombreux réfugiés belges et français sont arrivés à Paris où ils ont reçu la plus large hospitalité.
Ces pauvres gens ont encore dans le regard la vision atroce des horreurs auxquelles ils ont assistés.
Beaucoup ont été dirigés par convois spéciaux sur les provinces de l'Ouest et du Centre.
Ils sont accueillis partout avec une grande charité.
Miroir-1914-num-43-20_09_14-3-c.jpg
ÉQUIPEMENTS ALLEMAND ABANDONNÉS34 viewsDevant cette haie, dans un champ où la moisson venait d'être faite, un drame violent vient d'avoir lieu.
Quel mystère tragique il y a dans ces sacs, ces ceinturons, ces cartouchières, ces gamelles, ces bottes et ce fusils, laissés sur la terre et tachés de sang...
Miroir-1914-num-43-20_09_14-11-e.jpg
LES "MITRAILLEURS" ATTENDENT L'ENNEMI34 viewsEn moins d'une heure la petite forteresse volante est érigée.
Il n'y manque rien, pas même le coin de repos pour faire la sieste.
Miroir-1914-num-57-27_12_14-13-b.jpg
SOLDATS AIDANT L’AUTOMOBILE D’UN JOURNALISTE À SORTIR D’UN MAUVAIS PAS 34 viewsLes correspondants de guerre admis à suivre les armées russes ont souvent à vaincre de très grandes difficultés.
Il faut éviter les fondrières qui à cause des pluies d’automne, fait s’enliser les autos .
Tout le monde, les soldats surtout, souhaitent un hiver vigoureux; avec le froid les routes sont meilleures et l’on peut même passer sur les marais.
Les Russes supportent avec la plus grande facilité les basses températures dont souffrent les Austro-Hongrois mal équipés et les Allemands plus frileux.
Miroir-1914-num-41-06_09_14-13-d.jpg
LE "KAISER WILHELM" TRANSFORMÉ EN CROISEUR33 viewsPhoto non retouchée prise le 16 août, au large de Las Palmas
par un passager de l"Arlanza". Le paquebot est armé et peint en noir.
Miroir-1914-num-42-20_09_14-11-c.jpg
SOLDATS DE JAHORE SUR LES RANGS33 viewsLes Maharajahs, fidèles à la Grande-Bretagne, ont mis sans compter à sa disposition leur argent et leurs troupes privées.
C'est ainsi que les Allemands vont avoir à combattre des Hindous très braves, sur lesquels ils ne comptaient pas.

*État de Jahore
Miroir-1914-num-42-20_09_14-11-e.jpg
UN DÉPART DE TROUPES JAPONAISES33 viewsLes vaillants petits soldats nippons, heureux de montrer une fois de plus leurs qualités, s'embarquent au milieu d'un grand enthousiasme.
La guerre conte l'Allemagne est très populaire au pays du Soleil Levant, et chaque départ est salué par des acclamations.
Miroir-1914-num-43-20_09_14-3-d.jpg
UN VIEUX PONT QUE NOUS AVONS DU FAIRE SAUTER POUR ARRÊTER L'ENNEMI33 viewsLes Parisiens et principalement les artistes qui vont peindre aux alentours de la capitale, connaissent bien ce coin charmant auquel de curieuses maisons et un vieux pont donnent un cachet si pittoresque.
La guerre a d'impérieuses exigences et de même qu'il a fallu abattre des arbres séculaires, des maisons qui pouvaient gêner le tir de notre artillerie, on dû, pour retarder l'ennemi dans sa marche, faire sauter des ponts à la dynamite.
Celui-ci pourra être facilement remis en état après la guerre.
Miroir-1914-num-43-20_09_14-7-b.jpg
L'EMBARQUEMENT DES VIVRES À OSTENDE33 viewsLes troupes qui se rendent à Anvers par mer emportent de grandes quantités de vivres, principalement de pain.
Miroir-1914-num-44-27_09_14-5-e.jpg
LE TRANSPORT D'UN PRISONNIER GRIÈVEMENT BLESSÉ33 viewsBeaucoup d'Allemands blessés, dont l'état s'aggrave en cours de route, doivent être descendus du train et conduits dans un hôpital.
Les précautions que l'on prend à cet effet, et les soins qu'on leur donne, ne diffèrent pas de ceux qui sont réservés à nos soldats.
1180 files on 99 page(s) 10