1914-1918.fr

La première Guerre mondiale par les documents


Most viewed - LE MIROIR
Miroir-1914-num-44-27_09_14-15-d.jpg
SOLDATS ALLEMANDS MORTS SUR LA ROUTE41 viewsDans sa fuite, l'ennemi laisse en arrière les blessés les plus grièvement atteints.
Ceux-ci sont morts près de Dammartin.
Miroir-1914-num-45-04_10_14-10-c.jpg
LE TRANSPORT DES BLESSÉS PAR VOIE FLUVIALE41 viewsLes péniches que l'on utilise depuis peu pour le transport des blessés ne vont pas vite, mais elles voyagent sans cahots.
Miroir-1914-num-57-27_12_14-16.jpg
ARRAS OFFRE UN SPECTACLE POIGNANT DE DÉVASTATION ET D’HORREUR41 viewsUn tableau qui évoque les ruines de Pompéi ou de Messine : La Petite-Place, vue de la rue Saint-Géry

Lors du second bombardement d’Arras, le superbe beffroi, haut de soixante-quinze mètres et qui faisait l’orgueil des Arrageois, a été complètement abattu par les obus.
L’hôtel de ville lui-même n’est plus que ruines ; aucune reconstitution, si habile soit-elle, ne pourra lui rendre sa splendeur d’autrefois.
Miroir-1914-num-41-06_09_14-5-d.jpg
UN ESCADRON DE CAVALERIE DÉFILANT À YAGAR40 viewsAu cours des principaux engagements et principalement à Yagar et à Tzer, au nord-ouest de la Serbie, la cavalerie a littéralement détruit les colonnes ennemies.
A l’heure actuelle les Autrichiens se sont laissé prendre près de 100 canons et plus de 50.000 fusils.
Miroir-1914-num-42-20_09_14-13.jpg
LES ANGLAIS SONT SÉVÈRES POUR LEURS PRISONNIERS40 viewsPlusieurs milliers de prisonniers sont arrivés à Dorchester où des mesures sévères ont été prises à leur égard.
La Grande-Bretagne s'honore de beaucoup trop de civilisation pour ne pas les traiter avec humanité mais les autorités ne s'attardent pas à de vaines considérations de sensibilité.
Sur un observatoire de fortune, des sentinelles veillent, l'arme chargée, prêtes à faire feu.
Les Allemands sont traités comme des prisonniers de droit commun et astreints à travailler sous peine de jeûne.
Miroir-1914-num-43-20_09_14-7-d.jpg
L'INFANTERIE DE MARINE ANGLAISE EN BELGIQUE40 viewsD'importants contingents de soldats d'infanterie de marine sont débarqués à Ostende.
Ce sont d'admirables combattants.
Miroir-1914-num-41-06_09_14-3-c.jpg
SOLDATS ALLEMANDS DANS LA FORTERESSE DE TSING-TAO39 viewsSOLDATS ALLEMANDS DANS LA FORTERESSE DE
Les Allemands ont considérablement fortifié le Kiao-Tchéou .
La garnison de Tsing-Tao est défendue par un millier d’hommes.
Miroir-1914-num-41-06_09_14-6-d.jpg
PAYSANS BOSNIAQUES CHASSÉS PAR LA GUERRE39 viewsLes seules victimes ne sont pas les morts et les blessés.
Sans logis, ruinés, la vision tragique encore devant leurs yeux, les paysans abandonnent leurs villages, marchant droit devant eux, sans but précis, exténués, avec bientôt pour escorte le spectre hideux de la faim.
Miroir-1914-num-42-20_09_14-11-b.jpg
LES SOLDATS SIKHS EN CAMPAGNE39 viewsLes sikhs, dont on ne pourrait comparer la vaillance qu'à celle de nos troupes indigènes, arrivent par dizaines de mille.
Ces combattants intrépides, dont les Anglais ont pu maintes fois apprécier le loyalisme, aiment la guerre, ses imprévus et ses dangers.
Miroir-1914-num-42-20_09_14-12-c.jpg
UNE MITRAILLEUSE EN EMBUSCADE A L'ORÉE D'UN BOIS39 views
UN DES ZOUAVES CHARGÉ DES MUNITIONS

Zouaves embusqués à l’orée d’un bois faisant feu sur des cavaliers allemands à l’aide d’une mitrailleuse.
Miroir-1914-num-42-20_09_14-13-a.jpg
LES ANGLAIS SONT SÉVÈRES POUR LEURS PRISONNIERS39 viewsPlusieurs milliers de prisonniers sont arrivés à Dorchester où des mesures sévères ont été prises à leur égard.
La Grande-Bretagne s'honore de beaucoup trop de civilisation pour ne pas les traiter avec humanité mais les autorités ne s'attardent pas à de vaines considérations de sensibilité.
Sur un observatoire de fortune, des sentinelles veillent, l'arme chargée, prêtes à faire feu.
Les Allemands sont traités comme des prisonniers de droit commun et astreints à travailler sous peine de jeûne.
Miroir-1914-num-42-20_09_14-13-c.jpg
LES ANGLAIS SONT SÉVÈRES POUR LEURS PRISONNIERS39 viewsPlusieurs milliers de prisonniers sont arrivés à Dorchester où des mesures sévères ont été prises à leur égard.
La Grande-Bretagne s'honore de beaucoup trop de civilisation pour ne pas les traiter avec humanité mais les autorités ne s'attardent pas à de vaines considérations de sensibilité.
Sur un observatoire de fortune, des sentinelles veillent, l'arme chargée, prêtes à faire feu.
Les Allemands sont traités comme des prisonniers de droit commun et astreints à travailler sous peine de jeûne.
1180 files on 99 page(s) 7