1914-1918.fr

La première Guerre mondiale par les documents


Top rated - LE MIROIR
Miroir-1914-num-42-20_09_14-2-b.jpg
LES CABINES DE BAINS D'OSTENDE MISES À LA DISPOSITION DES REFUGIÉS45 viewsChacun a fait preuve de la plus grande initiative, en Belgique comme en France, pour venir en aide aux malheureux qui ont dû quitter leurs villages.
A Ostende, les nombreuses cabines de bains de la plage ont été aménagées en autant de petits "home", sinon très confortables, du moins à peu près suffisants.
Et dans ce village pittoresque tous sont unis par la plus touchante des fraternités.
33333
(1 votes)
Miroir-1914-num-41-06_09_14-15-c.jpg
UN PROJECTEUR POUR SURVEILLER LE CIEL61 viewsMontés sur des automobiles réquisitionnées, les projecteurs, que défendent des mitrailleuses, éclairent le ciel toute la nuit.
33333
(1 votes)
Miroir-1914-num-41-06_09_14-12-e.jpg
LARGUAGE DES MINES90 viewsL'une après l'autre, les mines sont lancées à la mer où elles flottent en attendant d'être coulées à la profondeur voulue. 33333
(1 votes)
Miroir-1914-num-41-06_09_14-1-e.jpg
OFFICIER ANGLAIS DÉJEÛNANT À LA TABLE D'UN OFFICIER FRANÇAIS 35 views33333
(1 votes)
guerre-1914-1918-annee-1915-184-b.jpg
DEUX ASPECTS DE L'AISNE GROSSIE PAR LES PLUIES 0 views
L'UN DES FONDS DE LA VALLÉE DE L'AISNE ENTIÈREMENT INONDÉE

Les pluies d'hiver avaient considérablement grossi l'Aisne, et on n'a pas oublié que ces crues obligèrent nos troupes à se replier légèrement,
la solidité des ponts provisoires lancés sur la rivière n'offrant plus de garanties suffisantes.
Avec le printemps la situation se modifie et les rives de l’Aisne se dégagent.
Cette photo représente un ensemble des inondations des deux rives de l'Aisne.
22222
(1 votes)
guerre-1914-1918-annee-1915-144.jpg
MMES POINCARÉ ET TITTONI VISITENT LES BLESSÉS 0 views
Mme TITTONI, FEMME DE L'AMBASSADEUR D'ITALIE, APPORTE DES DANS LES HÔPITAUX BELGES

À BAR-LE-DUC, Mme POINCARÉ PREND CONGÉ DU GÉNÉRAL MIGNON, MÉDECIN INSPECTEUR DE LA 3e ARMÉE
22222
(1 votes)
Miroir-1914-num-56-Noel11-c.jpg
C’est en France, en un lieu qu’il nous faudrait chercher…6 viewsC’est en France, en un lieu qu’il nous faudrait chercher…
En Artois ? En Champagne ? En Alsace ?...Mystère.
C’est en France, Voilà ! Ça suffit…Un clocher,
Un petit bois…La nuit…La neige sur la terre…

Et deux soldats sont là, l’oreille au moindre vent…
La lune, au dessus d’eux, songeuse, se balance…
Et jamais ces soldats n’ont d’un cœur plus fervent
Sondé la solitude et l’auguste silence…

Et, soudain, une voix de bronze, de là-bas,
Parle !…mais ce n’est point l’affreuse voix méchante
Du canon, Dieu merci
22222
(1 votes)
Miroir-1914-num-45-04_10_14-2-g.jpg
AFFÛT DE GROS OBUSIER PRIS AUX ALLEMANDS11 viewsCinq affûts des fameux mortiers de siège ont été pris à l'ennemi avec un convoi de ravitaillement.
22222
(1 votes)
Miroir-1914-num-43-20_09_14-3-b.jpg
UN ALLEMAND OUBLIÉ PAR LES BRANCARDIERS35 viewsDans une grande bataille commencée le 6 septembre entre Meaux et Verdun, l'ennemi a subi d'énormes pertes.
Le génie qui s'emploie à enterrer les morts, ne suffit pas toujours immédiatement à sa tâche, et on trouve, isolés dans la plaine, des morts oubliés comme celui-ci.
22222
(1 votes)
guerre-1914-1918-annee-1915-303-c.jpg
LE RAID DE NOS AVIATEURS SUR LUDWIGSHAFEN - Dix-huit avions français ont lancé 49 obus sur les usines de la Badische Anilin 0 viewsLe bombardement des usines de Ludwigshafen par nos aviateurs constitue le plus beau fait d'armes aérien accompli depuis le début de la guerre.
Partis à 3 heures du matin, dix-huit avions ont lancé 47 obus de 90 et 2 obus de 155 sur les usines de la Badische Anilin,
les plus grandes fabriques d'explosifs d'Allemagne, à Ludwigshafen, près de Mannheim, sur le Rhin, et 16 obus de 90 sur l'usine d'Oppau.
Tous les projectiles ont porté, provoquant des incendies gigantesques.
Un seul avion n'est pas rentré.
11111
(1 votes)
guerre-1914-1918-annee-1915-274-c.jpg
DE RUDES COMBATS ONT EU LIEU AU BOIS-LE-PRÊTRE - UNE DÉFENSE D'INFANTERIE0 viewsEn même temps que nous apprenions par les communiqués les gros succès de nos troupes qui, successivement,
nous rendaient maîtres de Carency, des abords de Souchez, de Notre-Dame-de-Lorette,
de Neuville-St-Waast et d'Ablain-St-Nazaire, furieusement défendus par un ennemi à qui on avait donné l'ordre "de vaincre ou de mourir", nous étions avisés, par la même voie, que nos vaillants soldats avaient enfin chassé les Allemands de la partie qu'ils occupaient encore du trop fameux Bois-Le-Prêtre.
11111
(1 votes)
guerre-1914-1918-annee-1915-095.jpg
LA GUERRE DU 25 FÉVRIER AU 3 MARS 1915 0 views
LIRE LE TEXTE EN PDF
11111
(1 votes)
53 files on 5 page(s) 4